Canada, le Mercredi 2 Août 2017. (509ZONE.COM)! – L’afflux de demandeurs d’asile, en grande partie haïtiens, à la frontière canadienne, ne connaît pas de répit, tant et si bien que les nouveaux arrivés sont maintenant accueillis au stade olympique de Montréal.

Au moins une centaine de migrants en provenance des États-Unis arrivent chaque jour dans la province depuis que Donald Trump a menacé de retirer aux Haïtiens leur permis de protection temporaire.[]« C’est du jamais vu », a lancé Francine Dupuis du Centre pour les demandeurs d’asile du Programme régional d’accueil et d’intégration des demandeurs d’asile (PRAIDA), dans une entrevue à Radio-Canada.

À ce jour, le Québec a déjà dépassé le nombre de migrants accueillis pour toute l’année 2016, qui s’élevait à 5505. L’Agence des services frontaliers du Canada et d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ont traité 6505 demandes d’asile entre janvier et juin 2017.[]On est habitués à des pics d’arrivée qui se résorbent généralement assez bien. Dans ce cas-ci, je peux vous dire que la demande est très accélérée.

Francine Dupuis du Centre pour les demandeurs d’asile PRAIDA

Entre les mois de juin et juillet, le nombre de nouvelles entrées dans la province a plus que doublé, passant de 448 à 1174 migrants, selon Francine Dupuis.

Malgré la vague importante de migrants Haïtiens, ce sont des gens d’une dizaine de nationalités différentes qui viennent trouver refuge au Québec, indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS).

« C’est une communauté qui se sent dans une situation très fragile aux États-Unis. Et elle n’est pas la seule, probablement que les Mexicains se manifesteront eux-aussi », estime Mme Dupuis.[]Le stade olympique comptera tout au plus 450 lits pour accueillir les demandeurs d’asile, selon Francine Dupuis du centre PRAIDA, Photo : Radio-Canada/Ariane Perron-Langlois

Les centres YMCA se chargent habituellement d’accueillir les nouveaux venus, mais l’afflux est tel que les organismes communautaires ont dû se tourner vers d’autres options de logement temporaire.

« Il n’y a pas plus de lits au stade olympique que dans les autres sites. Un peu plus de 100, au maximum 400-450, tandis que les YMCA en accueillent 600 », assure-t-elle.[]Le programme de demandeurs d’asile PRAIDA accompagne les migrants dans leur démarche d’accès à l’aide financière et dans leur recherche de logements. Durant cette période de transition, « ils sont nourris, logés, blanchis. Après, ils repartent. Ils ne sont là que quelques semaines », note Mme Dupuis.

L’entente prévoit que l’accueil de migrants, logés au stade à « court terme », ne vienne pas nuire aux activités qui s’y déroulent.

Share / Patajel ...