FrançaisEnglishKreyol ayisyen
Haiti pays « trou de merde » : les réactions fusent

Alors qu’Haiti s’apprête à commémorer ce vendredi la mémoire de plus de 300,000 haitiens tués lors du terrible séisme du 12 janvier 2010, le pays fait prématurément la une de la presse internationale, non pas pour 8e anniversaire de la catastrophe, mais parce que traité de pays de « trou de merde » par le président américain. Par le même Donald Trump qui, lors de sa campagne présidentielle, avait promis d’être le plus grand champion des haïtiens, déclarations qui lui a valu le support d’une frange de la communauté haïtienne résidant aux Etats-Unis d’Amérique.

Décidément, Donald Trump sait comment faire bouillir le monde et s’attirer, par la même, la foudre dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ses dernières déclarations concernant Haiti et des pays d’Afrique qu’il traite de pays « trou de merde »  font déjà l’objet d’un scandale international et se voient mériter une place dans les tendances sur Twitter: Haiti And Africa !

Concurrent de Donald Trump lors des primaires du parti républicain en 2016, Jeb Bush déclare qu’à chacun de ses mouvements, l’actuel président américain fait dix pas en arrière en matière de jugement et de bonnes décisions politiques.

Néanmoins, vu la gravité des déclarations d’aujourd’hui, il dit espérer qu’il s’agissait tout simplement d’une grossière erreur et qu’ils ne reflètent nullement le « racisme haineux qu’ils impliquent ».

Le président américain a déjà fait des déclarations haitianophobes par le passé, notamment en 2017, suggérant que tous les haitiens ont le SIDA. Donc ce n’est pas une première. Mais par cette énième sortie, « Donald Trump a déshonoré le pays (les USA) si ce qui est rapporté de cette réunion est vrai », a balancé sur MSNBC, la présentatrice Nicole Wallace, qui se veut prudente.

Des parlementaires républicains croient même qu’il devrait présenter ses excuses publiquement.

Mia Love, républicaine de parents haïtiens estime, elle, que les commentaires de l’homme qui se targue d’être un génie très stable, sont « méchants, diviseurs, élitistes, et vont à l’encontre des valeurs » américaines.

« Nous avons besoin d’une réforme globale de l’immigration qui reflète nos valeurs en tant que pays et qui tient compte de nos besoins économiques. Cela nécessite un système basé sur le mérite qui attire des individus talentueux et épris de liberté du monde entier, qu’ils viennent d’Haïti, de Norvège ou d’ailleurs», conclut Jed Bush.

We need comprehensive immigration reform that reflects our values as a country and recognizes our economic needs. This requires a merit-based system that attracts talented, freedom-loving individuals from across the globe, whether they are from Haiti, Norway or anywhere else 2/2

— Jeb Bush (@JebBush) 12 janvier 2018

Mais il ne faut pas croire que tous les commentaires produits suite à ces déclarations vont à l’encontre de Donald Trump. Non. Des internautes ont tenté de défendre et justifier les propos du locataire de la maison blanche. Mais des personnalités politiques et médiatiques américaines ont pris position ce soir pour défendre ce pays dont le peuple s’est toujours combattu avec vaillance face aux adversités.

La voix étouffée par des larmes, Anderson Cooper a terminé son émission “Anderson Cooper 360”, ce soir, en saluant le courage des haitiens et en déclarant: “Soyons clairs … le peuple haïtien a traversé davantage, a résisté plus, a riposté contre plus d’injustice … que notre président n’a jamais eu”.

“Let me be clear…. the people of Haiti have been through more, withstood more, fought back against more injustice… than our President ever has” Anderson Cooper choked back tears as he reflected on his relationship with Haiti, and its people”

Share / Patajel ...