Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important journal Américain le New York Times a titré ” Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl ” une traduction locale donnerait ” A mesure que Martelly concentre les pouvoirs à mesure qu’il s’embourbe dans les scandales “. L’auteur de l’article a fait un ” ranmase ” complet des évènements qui ont émaillé le parcours scabreux et même crapuleux de la présidence de Martelly.

Kiko Saint Remy, le frère de Sophia Martelly, d’après l’article du New York Times, a admis qu’il était un drogue dealer dans son jeune age, il est maintenant conseiller de Michel Martelly (Mr. Saint-Rémy, the first lady’s brother, who admits that he sold drugs in his youth but now functions as an unofficial adviser to the president….) L’article a également fait état de la mort du juge Jean Serge Joseph suite à sa décision de forcer les autorités à témoigner dans le dossier de corruption impliquant Sophia et Olivier Martelly respectivement la femme et le fils du président.

L’auteur a rappelé que Martelly avait dès 1997 prophétisé qu’il se débarrasserait du parlement dès qu’il sera au pouvoir chose dite chose faite. Mais, l’auteur n’a pas souligné qu’il a réalisé ce forfait grâce à l’aide de certains anciens démocrates qui ont accepté de jouer le rôle de sbires du petit dictateur de Port-au-Prince.

L’article du New York Times a rappelé sans citer son nom que le conseiller spécial de Martelly Calixte Valentin n’a passé que 6 mois en prison après avoir tué sur la frontière Haitiano Dominicaine le Jeune Octanol Derissaint selon des témoins et un rapport du RNDDH [NDLR]. Voir ici http://www.touthaiti.com/touthaiti-actualites/1324-rapport-enquete-avril-2012-assassinat-d-octanol-derissaint-le-rnddh-exige-le-jugement-des-coupables

Le journal a repris l’épisode de l’arrestation et de la disparition d’Evinx Daniel et le fait que Michel Martelly en personne est allé rendre une visite de support au présumé dealer de drogue qui a été écroué par le commissaire du gouvernement des Cayes qui lui-même a été révoqué et a dû quitter le pays en toute vitesse pour se protéger contre ce pouvoir qui accepte de cautionner les activités illégales des amis drogues dealers et raquetteurs du président.

L’auteur a également fait état de l’affaire Sonson Lafamilia ami intime de Martelly accusé de kidnapping dont la femme aussi accusée a été libérée par le ministre de la justice Jean Renel Sanon en personne. Ce dernier, aujourd’hui, travaille au palais national. Martelly est très solidaire de ses amis trafiquants et racketteurs a fait remarquer des personnes interrogées pour la réalisation de l’article.

De son coté, Laurent Lamothe l’ancien premier ministre le plus corrompu de notre histoire a refusé une demande d’interview de l’auteur de peur, peut-être, que ses détournements et vols diraient certains ne reviennent pas sur le tapis. On se souvient des 3. 4 millions de l’Uruguay détournés par Laurent Lamothe et Pierre Richard Casimir. A titre de rappel Pierre Richard Casimir l’actuel ministre de la justice de Martelly nous disons bien Ministre de la justice avait admis, devant le sénat, avoir détourné avec la complicité de Laurent Lamothe les 3.4 millions donnés en Aide à Haiti par l’Uruguay. Voir ici. 3.4 millions de l’Uruguay: Premier Ministre Haïtien Laurent Lamothe menace les journalistes de Tout-Haiti

L’auteur a également expliqué que l’ancien journaliste Lucien Jura devenu porte-parole de Martelly ou de cette bande de personnages infâmes (web of nefarious characters) a refusé de répondre aux questions du journaliste. Ceci est compréhensible car il s’avait qu’il allait être interviewé cette fois-ci par un vrai journaliste qui ne lui ferait pas de cadeaux.

A part quelques petites réalisations qui ne sont qu’ un écran de fumé a déclaré Nicole Phillip un avocat travaillant pour ” l’institut pour la justice et la démocratie ” Martelly s’est pris aux défenseurs des droits de l’homme et a systématiquement manipulé le système judiciaire. Martelly aujourd’hui s’est débarrassé du parlement et a le système judicaire sous coupe réglée. Il dirige le pays en maitre et seigneur car il ne reste que 11 elus nous dirons plutôt 12 avec le retour du Senateur Dieuseul Simon Desras.

Cet article du New York Times « Haitian Leader’s Power Grows as Scandals Swirl » est en quelque sorte un résumé des articles pertinents que les journalistes de Tout Haiti avaient pris le risque de publier durant ces trois dernières années. Apres avoir lu cet article du New York Times nous ne pouvons qu’une fois de plus constater que le pays est dirigé par une bande de gangsters qui se donnent le nom de bandit légal. Twou manti pa fon.

Share / Patajel ...