La Fusion appelle le chef de l’Etat à combattre la corruption en Haïti

Le parti politique Fusion des socio-démocrates (Fusion) demande au président Jovenel Moïse de prendre ses responsabilités dans le cadre de la lutte contre la corruption en Haïti.

La Fusion rappelle au chef de l’État quíl lui revient de veiller au bon fonctionnement des institutions publiques, dans une lettre en date du jeudi 21 juin 2018 et dont une copie est transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Elle l’exhorte à passer de la parole aux actes pour combattre la corruption, fléau qui mine, dit-elle, le pays.

Dénonçant le laxisme du président, elle lui demande de prendre toutes les dispositions constitutionnelles et légales pour traduire par devant la justice les personnes impliquées dans la corruption.

Plus d’une centaine de citoyennes et citoyens haïtiens ont déjà porté plainte contre d’anciens hauts fonctionnaires de l’Etat, dont des proches du pouvoir actuel, soupçonnés d’être impliqués dans la dilapidation des fonds Petro-caribe.

Le dossier Petro-caribe est actuellement au cabinet d’instruction.

Jovenel Moïse doit renoncer à protéger ses prédécesseurs au détriment des intérêts du pays, souhaite la Fusion.

Le président devrait, selon la Fusion, apporter un support inconditionnel aux efforts visant à sanctionner les auteurs de la dilapidation des fonds Petrocaribe estimée à environ 3,8 milliards de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 68.00 gourdes ; 1 euro = 85.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui).

Se disant consciente de la complexité de ce dossier, la Fusion invite le président à solliciter l’appui technique d’experts nationaux et internationaux, en vue de monter un dossier solide contre les dilapidateurs des derniers publics.

Share / Patajel ...