Analytics Page level ads
Home / NEWS / Society / Le RNDDH condamne la vendetta Policière de Lilavois

Le RNDDH condamne la vendetta Policière de Lilavois

Port-au-Prince le Mercredi 25 Octobre 2017. (509ZONE.COM)-Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) condamne, avec la plus grande véhémence, l’assassinat du policier Watson Jean, à Lilavois 39 par des individus armés circulant à motocyclette, et recommande aux autorités policières de faire la lumière sur cet assassinat. Suite à cet assassinat, des agents de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID) ont conduit une opération de vengeance musclée au cours de laquelle, plusieurs personnes ont été exécutées et plusieurs maisons et véhicules incendiés.

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a diligenté une enquête et formule certaines recommandations, aux autorités policières, notamment celle d’arrêter et de traduire par devant les instances de justice, les présumés criminels impliqués dans l’assassinat du policier Watson Jean.

Le RNDDH exige également une enquête sur les assassinats en série des policiers, et traduire en justice les individus qui y sont impliqués, d’élaborer, avec des experts en la matière, un plan de sécurité en faveur des policiers qui sont des cibles trop faciles.

Le RNDDH dit s’inquiéter de la facilité avec laquelle les individus armés opèrent dans le pays et s’attaquent aisément aux agents de la seule force armée haïtienne appelée à sécuriser les vies et les biens.

D’après leur enquête de mars à octobre 2017, au moins dix (10) policiers ont perdu la vie, soit une moyenne de plus d’un policier par jour.

Toutefois, le RNDDH estime que l’assassinat du policier Watson Jean ne justifie pas l’expédition punitive et aveugle menée le 12 octobre 2017 à Lilavois 5, Lilavois 9, Lilavois 10, Lilavois 10 A et à Lilavois 11 A.

« Cette opération est d’autant plus regrettable que les informations, recueillies sur le terrain, mettent en cause sinon les personnes suspectées d’avoir perpétré l’assassinat, du moins, celle à qui l’arme à feu de Watson Jean avait été remise. Si les policiers avaient pris le temps de rechercher Angélo et sa bande, ils auraient arrêté les vrais suspects responsables de cet assassinat », selon le RNDDH.

Le réseau fait état d’ un lourd bilan: un agent de la BOID assassiné, une (1) personne a été exécutée après son arrestation, deux (2) autres sont portées disparues après qu’elles aient été arrêtées, huit (8) personnes au moins ont été bastonnées dont un petit garçon de cinq (5) ans, neuf (9) personnes ont été arrêtées, trois (3) maisons et deux (2) hangars servant de boutiques à leurs locataires, ont été incendiées, deux (2) autres maisons ont été saccagées, et enfin, une (1) voiture et une (1) motocyclette ont été incendiées alors qu’une autre voiture a été vandalisée.

Une personne a été exécutée. Il s’agit de Pierre Paul Dorsainvil, âgé de trente sept (37) ans. Arrêté à Lilavois 11 A, son corps sans vie sera retrouvé à Lilavois 17 prolongé.

Deux (2) personnes sont portées disparues. Il s’agit de Jean Claudain Saint-Jacques et Romain Innocent. Ils avaient eux aussi été arrêtés.

Jean Claudain Saint-Jacques, âgé de trente-sept (37) ans devait se marier le 23 décembre 2017. Il a été arrêté à impasse Coriolan, Lilavois 10. La photo de son cadavre circule sur les réseaux sociaux ;

Romain Innocent, commerçant, âgé de quarante-sept (47) ans, est père de cinq (5) enfants dont deux (2) filles. Il a été arrêté à impasse Coriolan, Lilavois 10. De même que pour Jean Claudain Saint-Jacques, la photo de son cadavre circule sur les réseaux sociaux alors que son corps n’est pas encore retrouvé.

Huit (8) personnes au moins ont été bastonnées dont quatre (4) à Lilavois 10 et quatre (4) autres, à Lilavois 9. James Mérisier, un maçon âgé de vingt-six (26) ans, a reçu plusieurs coups au niveau de la tête, ce qui lui a occasionné des blessures. Il est le père d’un bébé de trois (3) mois.

Neuf (9) personnes ont été arrêtées dont trois (3) femmes et six (6) hommes sous les chefs d’accusation d’association de malfaiteurs et de complicité d’assassinat sur la personne de Watson Jean. Elles étaient gardées au commissariat de la Croix-des-Bouquets jusqu’au 19 octobre 2017, date à laquelle elles ont été transférées au Service Départemental de la Police Judiciaire (SDPJ).

Le RNDDH rappelle à la PNH que ce n’est pas en menant des opérations punitives aveugles qu’elle viendra à bout du problème. Au contraire, elle doit agir selon la déontologie de l’institution policière et donner l’exemple en suivant les règles établies, selon lesquelles, pour tout accroc à la Loi, les contrevenants sont traqués, arrêtés, traduits par devant une autorité de jugement pour y être condamnés.

Jean Élie Paul

Share / Patajel ...

Check Also

Haïti-Corruption : Trois employés de l’OFATMA au cœur d’un scandale de corruption

Port-au-Prince le Mercredi 25 Octobre 2017. (509ZONE.COM)-C’est un nouveau scandale de corruption qui secoue l’administration Moïse-Lafontant, …

Les Associations des médias et Journalistes recadrent le Commissaire du Gouvernement

Port-au-Prince le Mercredi 25 Octobre 2017. (509ZONE.COM)-Dans une note datée du 20 octobre 2017, le …