Analytics Page level ads
Home / NEWS / Society / Libre Édito– : Haïti-Manifestation: Le journaliste manifestant, un phénomène bien réel en Haïti.

Libre Édito– : Haïti-Manifestation: Le journaliste manifestant, un phénomène bien réel en Haïti.

Port-au-Prince le 10 octobre 2017. (509ZONE.COM)-Depuis plus de 20 ans la société haïtienne est en proie à de nombreuses manifestations de rues très violentes, résultante à la fois de grands troubles politiques et de frustrations des éléments de la classe populaire livrés à la merci de la vie.

Ces événements troublants d’instabilité sociale et politique en Haïti sont connus du monde entier grâce aux efforts des médias de masse plus partiellement la radio diffusion qui se modernise au jour le jour en s’accrochant aux nouveaux moyens technologiques de diffusion, par exemple: le Web, l’Audio Now et les App des téléphones intelligents.

 Il y a environ 3 ans depuis que l’accès à l’information est devenu plus rapide, facile et démocratique (…).

Grâce aux réseaux sociaux, particulièrement Facebook, aucun journaliste ou patron de média ne peut oser vouloir censurer une information.
Avant que les détails d’un événement soient traités au niveau d’une salle de rédaction, l’information est déjà connue de tous sur la toile.

S’il est bien vrai que les nouvelles technologies ont brisé les limites de la discrimination voilée des médias de masse notamment la radio-telediffusion en Haïti, elles ont néanmoins fragilisé le métier du journalisme dans ce pays où la médiocrité fait les normes.

 Il suffit seulement d’avoir une bonne connection internet sur un portable intelligent, et l’information est diffusée en temps réel sur “Facebook live”.

“Adrien est un militant politique se réclamant d’un camp adverse.
Il a une page Facebook, un bon abonnement d’internet et un téléphone Android.
Sa principale mission est de retransmettre en temps réel, les moments forts des manifestations(…)”.

Au cours de la manif, notre journaliste amateur semble être bien passionné de son boulot…
Comme tous les autres manifestants, il chante en lançant lui aussi des propos injurieux à l’endroit du cible.
Si pour le journaliste professionnel l’usage des propos tels: Gyet manman kaka; si yo tire sou nou nap mete dife sont interdits, pour le journaliste manifestant l’éthique journalistique liée à l’objectivité est brisée.

Le journaliste manifestant surnomme ses interviewés, “lide pep la, prezidan pa nou, sénateur ou député pa nou”. Une façon élégante d’affirmer son appartenance.

Ce phénomène est un véritable virus pour l’opinion publique en raison du niveau d’intoxication du journaliste manifestant qui ne saurait équilibrer ses interview par manque de professionnalisme et “d’étique professionnel”.

Les événements sociaux et politiques qui se sont succédés dans le pays pendant les 20 dernières années témoignent du niveau de l’effondrement des 3 pouvoirs de l’état, la Presse haïtienne considérée comme le quatrième pouvoir, n’est pas aussi épargnée par le déclin progressif de cette société fragilisée(…).

Lionel LOUIDOR
Crédit photo:Google

Share / Patajel ...

Check Also

17 Octobre, Grande Conférence Départemantale à Lascaobas

  Le rendez-vous du mois d’octobre est à Lascaobas. Si vous êtes jeunes et interressez …

L’inspection Générale de la PNH exige des sanctions contre les policiers ayant remis des détenus Au Senateur Antonio Cheramy

Port-au-Prince le Vendredi 06 Octobre 2017.(509ZONE.COM)-Samedi 29 septembre. Des centaines de manifestants protestaient contre la …