l’ONU appelle la communauté internationale à supporter la caravane du changement

La vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, accompagnée de l’envoyée spéciale de l’ONU pour Haïti, Josette Sheeran, était en Haïti, notamment dans le sud du pays, pendant trois jours (de vendredi à dimanche), comme il a été annoncé.

Le numéro des Nations-Unies était aux Cayes, à Camp Perrin, ainsi que d’autres sections communales, où elle dit avoir constaté les avancées de la caravane. « Quoiqu’on dise, la caravane nourrit l’ambition d’aller de l’avant et pose des actions concrètes dans l’infrastructure routière et l’assainissement de l’eau ».

« Sans infrastructures, vous ne pouvez pas avoir d’emplois, pas gagner de revenus, n’aurez pas les ressources pour payer les services d’eau, d’assainissement, de santé et d’éducation », a fait comprendre Amina qui reconnait que les précédentes missions ont échoué et qu’il est temps de « faire les choses autrement ». Elle souligne par ailleurs que l’ONU, la Banque mondiale et la communauté internationale doivent continuer à apporter de l’appui aux efforts entrepris par le gouvernement et le peuple haïtiens.

La caravane, selon elle, va dans la bonne direction mais d’autres défis sont encore à relever comme renforcer les institutions haïtiennes, mobiliser les ressources internes pour mettre en branle des projets infrastructurels et créer un environnement favorable aux investissements. L’élimination du choléra constitue l’une des principales priorités des Nations Unies. « Non seulement nous coprésidons le comité de haut niveau sur le choléra, mais nous avons pu entendre différents aspects sur ce qui est nécessaire pour que nous puissions voir la fin du choléra en Haïti, la fin de la propagation du choléra en Haïti », a déclaré Mme Mohammed qui le nombre de cas de choléra est en très nette régression (99%), tandis que le nombre de décès est réduit à 99,5%.

La Vice-Secrétaire générale et l’Envoyée spéciale ont également pu voir les efforts des « nombreux héros » qui œuvrent à l’éradication de la maladie. Leur visite fut également l’occasion de se rendre compte des programmes réussis de lutte contre le choléra, notamment ceux des communautés qui ont mis fin à la défécation à l’air libre, et qui se sont mobilisés pour construire des toilettes et sensibiliser les populations à l’importance de l’assainissement.

Share / Patajel ...