Port-au-Prince, mercredi 09 Juillet 2019. (WWW.ZONE509.COM) – Le président Jovenel Moise a confirmé, le mardi 09 juillet 2019, que des discussions ont été engagées particulièrement avec le Parlement en vue de la formation d’un nouveau gouvernement. Le président Moise se dit conscient quant à la situation du pays qui, selon lui, est extrêmement difficile.Tous les partis politiques n’ont pas été ou ne sont encore contactés dans le cadre de ces consultations engagées par l’Exécutif. Le parti INITE-Patriotique est partie prenante des consultations en cours et est disposé à participer à un gouvernement de cohabitation, a indiqué la secrétaire générale de cette formation politique, Marie Denis Claude.Elle informe que INITE a même entrepris des discussions avec d’autres partis politiques tel l’OPL, la Fusion, le RDNP, le secteur dit démocratique et populaire ainsi que des parlementaires de l’opposition dans le but de contribuer à une sortie de crise.La Fusion des Sociaux Démocrates Haïtiens n’est pas du tout intéressée par une telle démarche, selon la présidente du parti, l’ex candidate à la présidence Edmonde Supplice Beauzile.L’ancienne sénatrice du Centre affirme que la Fusion des Sociaux Démocrates Haïtiens n’est pas prête à cohabiter avec le président Jovenel Moïse dont la démission est réclamée par quasiment tous les secteurs de la vie nationale.Les seules discussions possibles aujourd’hui avec le chef de l’état sont celles qui porteraient sur la planification de son départ, poursuit Edmonde Supplice Beauzile qualifiant de perte de temps les consultations en cours.Même son de cloche du parti Mouvement Chrétien pour une Nouvelle Haïti (MOCHRENA). Le président a.i du parti, le pasteur Sadrac Dieudonné qualifie cette démarche de « mascarade et contre productive ». Laquelle démarche révèle le désespoir du président Jovenel Moise, a dit l’ex-député des Gonaïves Sadrac Dieudonné.Pour l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL), les tentatives du président Jovenel Moise se sont révélées vaines. Le chef de l’Etat n’a une seule alternative que de donner sa démission, selon le porte parole de l’OPL, Danio Siriack.

Dominique JEAN-BAPTISTE

Share / Patajel ...