Analytics Page level ads
Home / NEWS / Society / Une honte nationale et un affront à Dany Laferrière

Une honte nationale et un affront à Dany Laferrière

Petit-Goâve le 11 Septembre 2017. (509ZONE.COM)-Dimanche aux environs d”une heure de l’après-midi, un groupe de jeunes, membre du le Front Mixte de Libération de Petit-Goâve, ont effacé le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque fraîchement reconstruite… Ils ont justifié leur acte dans le cadre du respect de la Constitution haïtienne, qui interdit qu’un édifice public porte le nom d’un personnage vivant.

Notre Dany, natif de Petit-Goâve qui a grandi à la rue Lamarre, notre unique académicien et notre fierté nationale, ne mérite pas un tel sort. Quelle déception ! Quelle honte !

« Ces jeunes de Petit-Goâve, qui par empressement et méchanceté ont effacé le nom de Dany Laferrière de la bibliothèque ont commis un grosse erreur. »D’ailleurs, l’ONG allemande Welthungerhilfe (Agro ActionAllemande – AAA) qui a financé cette bibliothèque rappelle qu’elle n’avait pas encore remis les clés de l’ouvrage à l’État Haïtien… « Tant que cette formalité n’est pas remplie, les autorités n’ont aucun droit sur la bibliothèque. »

 En prétendant défendre la Constitution, ces jeunes “intellectuels” aveuglés par une supposée passion nationaliste ont posé un acte illégal. Il fallait attendre que l’ouvrage soit remis officiellement aux autorités locales. Une fois encore, le FML, en dépit de la justesse de ses revendications sont très mal partis…

« La violation de la Constitution ne doit servir de prétexte à personne pour combattre ouvertement un intellectuel qui a fait l’honneur d’Haïti à l’échelle internationale. »

HL/ HaïtiLibre / Guyto Mathieu (Correspondant Petit-Goâve)

Share / Patajel ...

Check Also

Selon André Michel la publication du budget est un acte d’arrogance de Jovenel

Mes très chers (ères) compatriotes, en dépit de la position de rejet exprimée par tous …

Contristable Nouvelle! Lamentable Vérité!

Il m’a fallu plusieurs jours pour avaler cette coupe amère. Je ne voulais jusqu’à hier …