21 C
Haiti
Wednesday, November 20, 2019
No menu items!

Qui etait Capois La Mort? Le héros de Vertières (1766 – 19 Octobre 1806)

Must Read

Biographie de Blondedy Ferdinand

Blondedy Ferdinand n’avait que 16 ans en 2003 lorsqu’elle a eu du succès dans son premier rôle important à...

Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin...

Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important...

Les ancêtres de TRUMP en Haïti … une histoire peu connue!!!

Le nom de l'arrière-grand-père de Donald Trump était Johannes Drumpft, né en Allemagne le 26 Mars 1789. Les Allemands...

Les prophéties confiées à Duvalier au moment de son départ en 1986 par les 7 hougans:

Les prophéties confiées à Duvalier le 16 Janvier 1986 au Palais National n’ont jamais été divulguées. Aujourd’hui il importe de...

La Cour suprême de justice approuve Nicolás Maduro et reconnaît son gouvernement comme “légitime”

Le président du TSJ, Maikel Moreno, a dénoncé le fait que "le coup d'État se prépare" contre...
Mr509http://509zone.com
For everything Haitian: Music, Videos, Lyrics for all Haitian songs, Sports, Cuisine, Culture, Tourist, History, Events and more. Haiti 509

francois_capois_dit_capois-la-mort-1

François Cappois (surnommé Capois-La-Mort), est né en 1766 à Delaunay (Glon-nen) premiere section communale de Chansolme, Arrondissement de Port-de-Paix. Il était fils d’esclave vivant sur l’habitation de son maitre français nommé “Cappouet”, ce nom devint Capois pour sa famille par déformation linguistique.

En 1793, il rejoint la résistance contre l’esclavagisme et les Français après le passage de Toussaint Louverture à Port-de-Paix. Il s’engage dans l’armée rebelle commandée par Jacques Maurepas et gagne ses galons d’officier avec ses exploits guerriers contre les troupes françaises de l’expédition de Saint-Domingue, passant du grade de simple soldat à celui de lieutenant, puis de capitaine. Il gagne le surnom de “Capois-La-Mort” en raison de son héroïsme durant la bataille de Vertières.

La conquête de l’île de la Tortue
Après avoir reçu de nouvelles troupes de la France, Rochambeau dépêcha le général Clauzel contre les rebelles à Port-de-Paix, et Capois fut forcé d’évacuer la ville, mais ce dernier racheta sa défaite lors à l’assaut du Petit-Fort, non loin du College Notre-Dame de Lourdes de Port-de-Paix aujourd’hui, où il se saisit des munitions, dont ses hommes avaient grand besoin. Après son succès au Petit-Fort, il décida d’attaquer l’île de la Tortue.

Le problème le plus difficile à résoudre pour mener cette attaque était de savoir comment atteindre cette île sans navires. Il compensa ce manque par la construction d’un radeau composé uniquement de planches maintenues ensemble par des lianes. Dans la nuit du 18 février 1803, 150 soldats sous le commandement de Louis-Vincent furent entassés sur ce fragile moyen de transport remorqué par 2 bateaux à rames. Ils tombèrent à l’improviste sur la garnison de La Tortue.[]

La surprise fut totale pour les troupes françaises. Dans un premier temps, les soldats français furent tenus en échec, mais les Français ne tardèrent pas à se rassembler et à battre les troupes de Louis-Vincent qui parvint néanmoins à s’échapper avec certains de ses compagnons. Les malheureux esclaves noirs faits prisonniers par les Français furent torturés à mort en expiation de cette audacieuse attaque. L’échec ne découragea cependant pas l’énergie de Capois. Le 12 avril 1803, Capois prit d’assaut la ville de Port-de-Paix. Louis-Vincent recommença une nouvelle expédition militaire sur son radeau pour attaquer l’île de La Tortue. Il réussit cette fois à prendre possession de l’île que les Français ne purent jamais reprendre.

Bataille de Vertières
Le 18 novembre 1803, Jean-Jacques Dessalines ordonna a Capois de prendre le fort de Vertières par tout les moyens possible, situé sur la butte charier à côté de la ville de Cap-Haïtien (Le Cap Francais a l’epoque). Capois-la-Mort commandait une demi-brigade qui, fut en partie décimée par le tir des canons en provenance du fort. Il relança un nouvel assaut, mais ses hommes furent encore fauchés, au pied de la colline par l’artillerie francaise. Capois courut chercher des renforts, puis pour la troisième fois, il lança ses forces à l’assaut de ce fort en vain et laissant une fois de plus de nombreux morts. Lors du quatrième assaut, il demanda à ses hommes de le suivre en criant : “Grenadiers a l’assaut, nan pwen manman, nan pwen papa, sa ki mouri zafè a yo”.[]

Les soldats Haitiens tombent a droite et a gauche mais, Capois continue a avancer. Un boulet lui enleve son chapeau, il brandit son épée dans l’air et crie ” En avant, En avant ” et continue a avancer vers le fort. Un deuxieme boulet de canon renverse son cheval, il est tombé. Les francais disent entre eux “Nous l’avons eu cette fois”. Tout a coup, Capois pousse son cheval mort a coté, prit son épée, se releva et courut se mettre à nouveau à la tête de ses soldats en criant plus fort “En avant! En avant! Les boulets sont de la poussière”.

Rochambeau, le général francais et ses hommes observsaient l’action, ils crient “Bravo, Bravo, Bravo”, soudainement un silence s’établit sur le champ de bataille. Un messager personnel de Rochambeau monta sur son cheval et partit vers Capois-La-Mort. Avec une voix forte, il cria: “Le général Rochambeau envoie ses compliments a ce général qui vient de se couvrir de gloire”. Le messager retourne dans le camp francais puis la bataille recommenca.

Pour renforcer les bataillons épuisés de Capois-La-Mort, Dessalines envoie des renforts sous les ordres des généraux Gabart, Clervaux et Jean-Philippe. Au milieu de l’après-midi, Gabart prend position sur la butte de Charrier avec Benjamin Noel. Les combats redoublent d’intensité. Le soir venu, les deux tiers des défenseurs français étaient morts ou blessés.

La bataille de Vertiere. ZONE509.COM
La bataille de Vertiere.

Le lendemain matin, un officier français, Duveyrier, se rend aux sentinelles de Capois et est conduit au quartier général de l’armée haïtienne sur un cheval et porte le message suivant : « Le capitaine-général Rochambeau offre ce cheval comme une marque d’admiration pour l’« Achille noir » pour remplacer celui que son armée française regrette d’avoir tué ». Francois Capois a gagné le surnom de “Capois-La-Mort” depuis ce jour.

Les pourparlers avec Dessalines durent une journée entière. Avant la tombée de la nuit, un accord est signé. Rochambeau obtient dix jours pour évacuer le fort de Vertières et embarquer les restes de son armée et quitter Saint-Domingue. []

Trahison et Mort
Le 19 octobre 1806, deux jours après l’assassinat de l’Empereur Jacques 1er (Jean Jacques Dessalines), Henri Christophe, qui redoutait plus que jamais le général François Capois et qui voyait en lui un probable rival politique après la mort attendue de l’empereur, pensa le moment opportun pour le faire disparaître. François Capois se trouvait en route vers le Cap-Haïtien, lorsque, à la hauteur du village de Limonade, il aperçut sur son chemin les généraux Romain et Dartiguenave ainsi que l’adjudant-general Gérard. Tout heureux de la rencontre, le héros de Vertières voulut saluer le général Romain en lui tendant aimablement la main. C’est à ce moment que l’adjudant-général Gérard s’empara de son sabre.

François Capois comprit alors qu’il venait de tomber dans un piège et, selon ce que rapporte l’historien Thomas Madiou, il n’offrit aucune résistance à ses ennemis, mais déclara plutôt au général Romain : “Ton maître Christophe est bien heureux de m’avoir pris dans ce piège; car, sous peu, je lui aurais fait sentir la vigueur de mon bras; finissons-en vite”. Toujours selon Madiou : il se plaça à cinq pas d’un peloton et reçut la mort. Près de là où il est tombé à Limonade, on peut voir le reste de sa tombe. Un mémorial a été construit en son honneur tout près de sa tombe.

Les jheros de l'independance sur la butte charier a l,entree du Cap.
Les heros de l’independance sur la butte charier a l,entree du Cap.

Biographie de ​JEAN JACQUES DESSALINES  (1758 – 1806)

Articles a la une...

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

La commémoration de la bataille d’indépendance émaillée de violences

Haïti: la commémoration de la bataille d'indépendance émaillée de violences Emmanuel Joseph, journaliste...

Drame : Trois individus brûlés vifs au Cap-Haïtien

Cap-Haïtien, Lundi 18 Novembre 2019. (WWW.ZONE509.COM) -Trois individus dont l'identité n'ont pas encore révélés ont été brûlés vifs au début de la...

Le bâtiment logeant l’ONI et le BED du Nord incendié.

Cap-Haïtien, dimanche 18 Novembre 2019.(WWW.ZONE509.COM) - À la veille de la commémoration des deux cent seize (216) ans de la Bataille de...

Jovenel Moïse appelle à l’unité de toutes les forces vives pour sortir le pays de la crise.

Port-au-Prince, Dimanche 18 novemvre 2019. (WWW.ZONE509.COM) - - Le Chef de l'État, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, à l'occasion de la commémoration...

Jovenel Moise met en garde contre une crise humanitaire en Haiti et appelle au soutien de la communauté internationale

Haïti a besoin d'un soutien international pour faire face à la crise humanitaire, a déclaré le président Jovenel Moise dans une interview, deux mois...

More Articles Like This

- Advertisement -