Friday, June 5, 2020

Kowona viris pa yon jwèt, pèp Ayisyen fè anpil atansyon, koute otorite yo. Mete kach ne, lave men nou, proteje tèt nou, fanmi nou ak zanmi nou.

Prekosyon pa kapon

COVID-19 Global Statistics

6,705,581
Confirmés
Updated on June 5, 2020 3:42 am
3,047,333
Rétablis
Updated on June 5, 2020 3:42 am
393,264
Morts
Updated on June 5, 2020 3:42 am

Hommage à Jocelerme Privert, Ex-président provisoire de la République d’Haïti! Par Boaz Anglade, Ph.D.

Must Read

Biographie de Blondedy Ferdinand

Blondedy Ferdinand n’avait que 16 ans en 2003 lorsqu’elle a eu du succès dans son premier rôle important à...

Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin...

Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important...

Les ancêtres de TRUMP en Haïti … une histoire peu connue!!!

Le nom de l'arrière-grand-père de Donald Trump était Johannes Drumpft, né en Allemagne le 26 Mars 1789. Les Allemands...

URGENT : « Troisième guerre mondiale » : l’Iran a fait décoller des avions de chasse F-14

RÉDACTION INTERNATIONALE. (WWW.ZONE509.COM)-La perspective d’une troisième guerre mondiale se précise de plus en plus dans le moyen...

Les prophéties confiées à Duvalier au moment de son départ en 1986 par les 7 hougans:

Les prophéties confiées à Duvalier le 16 Janvier 1986 au Palais National n’ont jamais été divulguées. Aujourd’hui il importe de...

 

Lorsqu’Haïti, au début de l’année 2016, s’est trouvée au bord du chaos, Jocelerme Privert, fonctionnaire de carrière et président du sénat d’alors, a été à la pointe de la conception d’un accord de sortie de crise visant l’instauration d’une transition politique afin d’empêcher un vide à la tête de l’État après le départ du président Michel Martelly. Ce dernier a terminé son mandat sans pouvoir passer le relais à un successeur élu, en raison de la non-tenue du deuxième tour de la présidentielle de 2015. Jocelerme Privert, élu président provisoire par une élection indirecte dans le cadre de l’accord, a tenu les rênes du pays pendant un an. Sous sa gouverne, le processus électoral interrompu a été parachevé, l’ordre constitutionnel a été restauré, et le pays a été mis sur la voie de la stabilité et du renouvellement complet des institutions démocratiques. Pourtant, à mon grand étonnement, peu sont ceux qui, à la fin du mandat du président, l’ont félicité pour un travail bien accompli. Pire encore, dans son discours d’investiture, le président entrant, Jovenel Moise, n’a ni remercié son prédécesseur, ni adressé une salutation quelconque à son égard. En tant que citoyen, cette manifestation flagrante d’ingratitude envers le président provisoire m’a grandement indigné. J’estime, qu’en dépit des erreurs qui ont pu être commises sous son administration, pour son service exceptionnel rendu au pays dans un contexte aussi difficile, un hommage est dû à ce grand homme d’état.

[]

Pour pouvoir évaluer le parcours de Privert et ce qu’il a accompli, il faut tout d’abord comprendre les circonstances autour desquelles il est arrivé au timon des affaires de l’état. En novembre 2015, le conseil électoral a déclaré Jovenel Moise, dauphin de l’ancien président Michel Martelly, en première position dans les résultats définitifs et au deuxième tour des présidentielles avec Jude Célestin. Suite à des demandes pour une vérification approfondie qui n’ont pas été satisfaites, les parties contestataires et une bonne majorité du peuple ont boudé et empêché le deuxième tour du scrutin. Le président Michel Martelly, conformément à la constitution, a dû quitter ses fonctions de chef d’Etat, le 7 février 2016, laissant derrière lui un pouvoir présidentiel vacant et un pays divisé. Bien avant le départ de Martelly, en vue d’éviter un vide présidentiel trop long qui sans doute plongerait le pays vers le chaos et l’anarchie totale, un accord politique a été signé entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif permettant à l’assemblée nationale, co-dépositaire de la souveraineté nationale, d’élire un nouveau chef d’état au second dégrée. Jocelerme Privert, président du sénat d’alors et l’un des principaux auteurs de cet accord politique, s’est porté candidat et fut élu président provisoire de la république avec un mandat spécifique : la poursuite du processus électoral devant amener à l’élection d’un président élu au suffrage universel. Les intérêts des différents groupements politiques et forces en présence sur le terrain furent si divers que beaucoup d’acteurs et de décideurs ne croyaient pas qu’une réussite était possible et n’étaient pas surtout prêt à parier sur une fin proche de la crise politique.

Dès ses premiers jours comme chef d’état, Privert a entamé un dialogue avec tous les acteurs politiques et les différents secteurs de la vie nationale. Il a nommé un premier ministre de consensus, et a mis en place un nouveau conseil électoral ainsi qu’un gouvernement inclusif. En relançant le processus électoral, il a fait un choix sage, afin de regagner la confiance des électeurs, de ne pas poursuivre les élections sans une évaluation du scrutin de 2015 vivement contesté. Quand un comité présidentiel d’évaluation a finalement recommandé la reprise de l’élection présidentielle, les partenaires étrangers ont décidé de ne pas contribuer aux financements de nouvelles élections. Sans le moindre souci, Privert et son équipe ont mobilisé les fonds nécessaires, et pour la première fois dans l’histoire de notre jeune démocratie, les institutions haïtiennes se sont appropriés les joutes électorales. Finalement, en novembre 2016, la reprise de l’élection présidentielle a eu lieu et, une semaine après, Jovenel Moise fut déclaré vainqueur dès le premier tour avec plus de la moitié des votes, malgré un taux de participation de seulement 21%. Privert a fait de son mieux pour maintenir sa neutralité et celle de son équipe tout au long du processus. Quelques mois plus tard, soit en Janvier 2017, un autre scrutin, pour les sénatoriales complémentaires et locales, a été organisé avec succès. Et, le 7 février 2017, le président provisoire a pu passer les rênes du pouvoir à un président élu au suffrage universel après seulement un an à la tête du pays. Dès la publication des résultats définitifs des sénatoriales complémentaires et locales, pour la première fois depuis longtemps, Haïti sera doté d’autorités légitimes à tous les échelons du pouvoir. À la surprise de tous, Privert a gagné son pari politique !

Privert n’a pas seulement son exploit politique à se remémorer ; pour sa gestion sereine du pays dans un contexte assez difficile, il a aussi de quoi s’enorgueillir. Tout d’abord, son élection à la présidence a permis une nette diminution des mobilisations de rue et instauré une atmosphère politiquement stable qui a certainement empêché une fuite massive de capitaux. En bon rassembleur, il était l’un des rares personnages politiques qui pouvait faciliter une entente entre les partis politiques de gauche et ceux de droite. Durant son mandat, les défis imprévus qui se sont posés, tel que grèves et effondrements d’infrastructures, ont été relevés avec tact et professionnalisme. La rentrée scolaire pour l’année 2016, selon plusieurs experts, a été une réussite et a eu lieu à la date préalablement fixée, ce qui n’est pas souvent le cas en Haïti. Face à l’ouragan Matthew, l’une des catastrophes naturelles les plus violentes à frapper l’île depuis le séisme de 2010, Privert et son équipe ont mobilisé toutes les institutions concernées et ont pu mettre en place une stratégie pré-désastre adéquate qui a facilité l’évacuation rapide et efficace de milliers de gens. Sur le plan économique, sous son leadership, l’activité économique a poursuivi une modeste croissance supérieure à celle de l’année précédente, les réserves internationales ont remonté, le déficit budgétaire a diminué, et le rythme de dépréciation de la gourde s’est ralenti. Et, tout ceci a été accompli sans laisser de dettes à la nouvelle administration.

[]

Pour pousser un individu à reconnaitre le succès de ses adversaires, les haïtiens disent souvent en créole : « Rayi chyen an, men di dan l blan » (Tu peux haïr le chien, mais reconnais que ses dents sont blanches). Peu importe votre appartenance politique, il est difficile de ne pas admettre que Jocelerme Privert a fait preuve d’un bon patriote et d’un homme d’état responsable. Il s’est porté volontaire pour aider son pays à traverser une impasse particulièrement difficile, a accompli ses tâches avec habileté, et a réussi là où beaucoup auraient échoué. Grâce à son leadership exemplaire, l’ordre constitutionnel a été restauré, et un pas géant vers la stabilisation des institutions démocratiques a été accompli. Nul ne souhaite qu’Haïti revive les moments d’incertitude politique vécu au début de l’année 2016 ; mais, si par malheur cela arrive à nouveau, on ne peut qu’espérer qu’il y aura des patriotes comme Jocelerme qui seront prêts à répondre à l’appel.

En guise de conclusion, j’aimerais m’adresser à vous, Monsieur l’ex-président provisoire, pour vous dire que même si il semble que vous ayez affaire à un peuple amnésique et un peu ingrat envers ses serviteurs, sache qu’il y a des hommes et des femmes dans ce pays qui ont pris acte du sacrifice que vous avez fait et de la magnitude du travail que vous avez accompli. Enfin, il ne reste seulement qu’à vous dire merci. La nation a une immense dette de gratitude envers vous, et vous est éternellement reconnaissante. Au revoir, chef!

[ajax_load_more id=”news” container_type=”div” post_type=”post” category=”society” tag=”society” scroll=”false” transition=”fade” button_label=” More in News “]

Articles a la une...

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

Régime constitutionnel ou régime d’exception ? Le droit à la manifestation publique provisoirement interdit

Port-au-Prince, le 4 juin 2020 (WWW.ZONE509.COM )- Me. Jacques Lafontant, Chef du Parquet de la capitale,...

Haïti en tête des pays de la Caricom avec le plus grand nombre de patients infectés par la Covid-19 et encore malades

2,157 cas actifs soit 96,90 % des personnes infectées en Haïti sont encore malades, pourtant le cadet des soucis des dirigeants haitiens semble être...

L’Organisation mondiale de la santé « très préoccupée » par la propagation communautaire intense du Coronavirus en Haïti

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a fait savoir, le mercredi 3 juin 2020, qu’elle était « très préoccupée » par l’évolution de la...

47 382 personnes ont reçu 3 mille gourdes chacune du programme transfert cash

Dans le cadre du programme transfert cash, 47 382 personnes ont reçu chacune 3 mille gourdes. Très critiqué à cause de sa lenteur, le programme...

Haïti – 2226 cas total, le Covid-19 continue de progresser

Le ministère de la Santé publique informe que 102 nouveaux cas ont été confirmés en Haïti (la veille: 259), pour un total de 2226...

More Articles Like This

- Advertisement -