Wednesday, March 3, 2021

Kowona viris pa yon jwèt, pèp Ayisyen fè anpil atansyon, koute otorite yo. Mete kach ne, lave men nou, proteje tèt nou, fanmi nou ak zanmi nou.

Prekosyon pa kapon

COVID-19 Global Statistics

115,590,461
Confirmés
Updated on March 3, 2021 3:38 pm
91,294,759
Rétablis
Updated on March 3, 2021 3:38 pm
2,566,536
Morts
Updated on March 3, 2021 3:38 pm

Haïti et la République Dominicaine doivent choisir entre la Coopération et la Confrontation!

Must Read

Biographie de Blondedy Ferdinand

Blondedy Ferdinand n’avait que 16 ans en 2003 lorsqu’elle a eu du succès dans son premier rôle important à...

Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin...

Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important...

Les ancêtres de TRUMP en Haïti … une histoire peu connue!!!

Le nom de l'arrière-grand-père de Donald Trump était Johannes Drumpft, né en Allemagne le 26 Mars 1789. Les Allemands...

URGENT : « Troisième guerre mondiale » : l’Iran a fait décoller des avions de chasse F-14

RÉDACTION INTERNATIONALE. (WWW.ZONE509.COM)-La perspective d’une troisième guerre mondiale se précise de plus en plus dans le moyen...

HAITI, Code postal par départements et communes

Département de l’Artibonite HT4110 :Gonaives HT4111 : Petite Rivière de l’Artibonite HT4120 : Ennery HT4130 : L’Estère HT4210 : Gros Morne HT4220 : Terre Neuve HT4230...

Les 2 Républiques ont eu leur moments de fraternité.
Les deux républiques qui partagent l’ile de Quisqueya, la République d’Haïti et la République Dominicaine, depuis environ deux siècles, ont eu un grand nombre de conflits qui trop souvent ont débouché sur l’usage de la force. Mais, ces deux pays ont pu compter l’un sur l’autre dans des moments cruciaux de leur existence. Ce sont dans ces moments là qu’ils ont donné les meilleurs d’eux mêmes et ont montré leur solidarité et leur humanité vis-à-vis l’un de l’autre. La liste de ces moments est longue. Mais, citons les deux cas les plus connus.

De 1863 à 1865, des patriotes dominicains avaient lancé une guerre contre les forces espagnoles qui occupaient leur pays, afin de restaurer la souveraineté de leur République. Cette guerre contre la nouvelle domination espagnole avait été gagnée avec l’appui de l’Etat voisin, Haïti. En effet, après avoir proclamé leur indépendance vis-à-vis d’Haïti en 1844, la République Dominicaine tomba sur la férule d’une dictature dirigée par le Général Pedro Santana, un des principaux chefs de la guerre d’indépendance. Il prit le contrôle de la capitale du pays, Santo Domingo, avec son armée, arrêta la plupart des patriotes de la lutte de l’indépendance comme traite à la patrie, envoya l’un des pères fondateurs de la République Dominicaine, Juan Duarte Diaz, en exil et se fit donner les pleins pouvoirs afin de gagner la guerre contre Haïti, disait-il.[]

En effet, Santana utilisa les invasions successives des forces haïtiennes comme prétexte pour maintenir sa grippe sur le pouvoir dans la jeune republique. Les élites dominicaines, de leur coté, à la recherche de stabilité pour leur pays, étaient en faveur d’un protectorat soit des Etats-Unis, de l’Angleterre, de la France ou de l’Espagne, pour éviter de tomber sous la domination haïtienne à nouveau. Ce fut une période de grande instabilité politique et économique dans la nouvelle république et finalement, Pedro Santana, la personnalité dominante de cette période sombre, replaça la République Dominicaine sous le contrôle du Royaume d’Espagne et devint gouverneur.

Le 16 aout, 1863, des patriotes dominicains proclamèrent le rétablissement de la souveraineté de la République Dominicaine dans la ville de Santiago et établirent un gouvernement provisoire. Ils lancèrent ainsi la guerre de la restauration. Les forces espagnoles reprirent la ville. Alors, les patriotes dominicains replièrent sur les montagnes séparant la République Dominicaine de Haïti pour continuer une guerre de guérilla contre les espagnoles. Le Président haïtien de l’époque, Fabre Nicolas Géffrard, prit la décision d’intervenir en faveur des rebelles afin que leur révolte ne soit pas écrasée. Il leur envoya des armes et de l’argent, et un détachement de la garde personnelle du président, des tireurs d’élites, entra en campagne à leur coté, dans cette lutte qui paraissait sans espoirs.[]

Après trois années d’une guerre d’usure et incapable de vaincre la rébellion qui avait le support des haïtiens, l’Espagne prit la décision de suspendre ses opérations et ses dernières troupes quittaient l’ile en juillet 1865, après avoir signé un accord avec les rebelles dominicains. L’accord fut signé à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, sous le patronage du Président Fabre Géffrard.

Bien sur, les ultranationalistes dominicains répondent que Haïti était très inconfortable à l’idée qu’une puissance coloniale esclavagiste occupe à nouveau les deux tiers de l’ile. D’ailleurs, le leader dominicain, Pedro Santana, avait choisi de placer la République Dominicaine sous le giron espagnol, comme un moindre mal, par rapport à Haïti qui montrait toujours les velléités d’occuper leur pays. Mais, l’aide haïtienne, financièrement et militairement, à supporter la bonne cause et contribua à la victoire des patriotes dominicains et à la restauration de l’indépendance de la République Dominicaine avec laquelle nous partageons l’ile.[]

De leur coté, à la suite du terrible tremblement de terre de 2010 qui dévasta Port-au-Prince, la capitale d’Haïti et des villes environnantes, en causant environ 360,000 morts, nos voisins dominicains ont été les premiers à arriver sur la scène du drame. Les secours qu’ils avaient apportés et prodigués généreusement sauvèrent beaucoup de vie. Il faut une fois encore leur dire merci.

Le leader dominicain, le docteur Leonel Fernandez a été plus présent sur la scène internationale à défendre Haïti que nos propres leaders. Il a été le premier à solliciter un Plan Marshall pour Haïti afin d’aider à relever le pays de ses décombres. Il rentrait dans le pays si souvent, qu’à un moment donné on disait qu’il avait une résidence dans le pays. Ce sont tous les secteurs de la société dominicaine qui montrèrent leur mansuétude pour Haïti. C’est dans ce cadre que la République Dominicaine construisit un immeuble dans le nord du pays pour la création d’une université. En effet, ce fut un moment inoubliable dans le rapport fraternel entre les deux peuples.[]

D’autres différences importantes entre Haïti et la République Dominicaine
Dans les soixante dernières années, plein de choses avaient changé entre Haïti et la République dominicaine. En effet, l’engagement démocratique pris par Haïti à la chute de la dictature des Duvalier progresse jusqu’a présent très lentement sur le plan institutionnel, et on est toujours dans l’incertitude sur la capacité du pays à se gouverner sans l’appui de la communauté internationale. Cet appui est un euphémisme pour éviter de dire que le pays jouit d’une souveraineté relative, compte tenu de la présence des forces des Nations Unies qui sont en charge de fonctions régaliennes, comme la sécurité du pays. Après 12 années de mission, le départ des forces onusiennes fait craindre de voir le pays retomber dans la même situation d’instabilité politique qu’il a connu avant leur arrivée.[]

En effet, le système de gouvernement est encore branlant et les élections de 2015, voit-on, loin de représenter une manifestation de notre souveraineté, envoient déjà tous les signes que nous devons nous attendre à des complications qui pourraient mettre à risque la souveraineté du pays de façon plus profonde encore. En plus de cette question de souveraineté, le pays est en train de faire face à toute une série de crises tant sur le plan économique, environnemental, politique et social. Nous n’avons même pas encore un débat sérieux sur ces problèmes, afin d’identifier les voies de solutions.[]

La question que nous devons nous poser, est-ce que nous avons laissé définitivement derrière nous, les habitudes de coup d’état et de mauvaise gouvernance? Durant ces 60 dernières années, chaque cyclone, inondation ou sècheresse amène une chute aigue de la production agricole qui donne du travail à 63% de la population active et crée 25% du Produit Intérieur Brut, assurant à ceux travaillant dans ce secteur une vie de misère qui s’accentue de plus en plus.

Le secteur industriel est moribond et, en absence de financement adapté à leur situation, n’arrive pas à faire face à leurs compétiteurs de l’autre coté de la frontière qui produisent à une échelle très supérieure pour le marché haïtien, avec toute sorte de supports de leur gouvernement. L’absence d’emplois s’aggrave et l’accentuation du chômage force beaucoup plus de désœuvrés à traverser de l’autre coté de la frontière, à la recherche d’un mieux-être, malgré que les risques d’être refoulé augmentent.

Les institutions, comme les écoles, les centres de formation techniques et l’université périclitent et n’ont pas la capacité suffisante pour répondre au besoin de la population. Ainsi, de plus en plus les étudiants aussi traversent chez le voisin à la recherche de solutions à leur problème.[]

La communauté internationale, elle-même, présente dans tous les sphères du pays et qui porte le pays à bout de bras, croit que depuis 2004, date d’arrivée de la MINUSTHA, une certaine stabilité politique est maintenue et un certain progrès est réalisé. Si tout ce passe bien pour les élections de cette année, ils se retireront et déclareront, Mission Accomplie! C’est à dire, en fait, Haïti aura connue, successivement, l’installation de trois régimes politiques sortant d’élection démocratique. C’est là le pari!

Les progrès en République Dominicaine n’ont pas été un miracle
Durant ces 60 dernières années, la République Dominicaine a accentué sa différenciation avec Haïti. La population active dans ce pays était moindre qu’en Haïti. Car, elle avait une population 20% moindre que nous autres, soit 5 millions d’Haïtiens pour 4 millions de Dominicains. Mais, avec les haïtiens qui de zafra en zafra traversent la frontière, les populations se sont équilibrées.

En plus de l’industrie sucrière, les Dominicains ont utilisé les travailleurs venant d’Haïti qui ne coutaient pas cher, pour faire fructifier de grandes plantations agricoles et offrir à leur population des produits alimentaires en grande quantité. Les investissements ont permis à la république voisine de maintenir le taux de chômage à moins de 20 pourcent, un facteur de stabilité pour ce pays. Le taux de chômage en Haïti, cependant, ne fait qu’augmenter, car une bonne partie de la production agricole de nos voisins est vendue sur le marché haïtien à des prix très concurrentiels.[]

La République Dominicaine, surtout ces 40 dernières années, a été très performante dans tous les grands secteurs de son économie grâce à un environnement très favorable qu’elle a créé pour les investissements étrangers. L’économie de la République Dominicaine est aujourd’hui un peu plus de 8 fois supérieures à celle d’Haïti; environ 8 milliards de dollars américains pour Haïti et 64 milliards pour la république voisine. Le déficit commercial entre ces 2 pays est immense.

Pour l’année 2014 les statistiques disent que Haïti est arrivée à exporter, pour moins de 100 millions de dollars américains de biens et de service vers le marché dominicain. En retour, les dominicains ont exporté pour environ 2 milliards de dollars américains sur le marché haïtien, en tenant compte d’une quantité importante de marchandises qui rentrent aussi sur notre marché en contrebande. Cette situation fit dire à Georgy Dorléans, un de mes étudiants en Relation Internationale à l’Académie Nationale Diplomatique et Consulaire, dans son travail de mémoire de sortie sur le sujet, “qu’il serait bon de qualifier ces échanges que nous avons avec notre voisin, d’échange inéquitable”.[]

La stabilité politique de la République Dominicaine a joué un rôle important dans sa prospérité économique d’aujourd’hui. Pourtant, après la chute de la dictature de Trujillo en 1961, ce pays passa de crise en crise et connut une guerre civile qui couta la vie à plusieurs milliers de civils dominicains et une intervention militaire des Etats-Unis. Ensuite, une force interaméricaine, sous la demande de l’Organisation des Etats-Américains, remplacera les troupes américaines pour garantir des élections qui amèneront au pouvoir Joaquim Balaguer, un ancien vice-président de Trujillo. Pourtant, la République Dominicaine a pu tourné la page de l’instabilité politique et de la dictature.

Ce pays a connu sa dernière grande crise politique en 1994. Sous la pression de la société civile dominicaine et du gouvernement de Bill Clinton, Joaquim Balaguer accepta que les élections fussent entachées de fraudes, et ne se présenta pas aux élections qui se déroulèrent deux années plus tard. Le candidat du Parti Liberal Dominicain, (PLD), le Docteur Leonel Fernandez Reyna remporta ces joutes et la croissance économique élevée qui avait commencé depuis le régime de Balaguer, continua l’ère de prospérité dans la république voisine. Depuis, les élections sont devenues une routine et le secteur des affaires est encouragé à investir sur le long terme.[]

Même si la République Dominicaine reçoit aujourd’hui le plus grand pourcentage des investissements directs étrangers de la zone caraïbe, la contribution d’Haïti à cette prospérité a été importante et ne peut pas être négligée. Il faut considérer que les travailleurs haïtiens, sans papier, qui ont occupé, à bas salaire et sans aucuns bénéfices sociaux, les fonctions refusées par les Dominicains, ont apporté une contribution invisible à cette prospérité. C’est cette masse qui est ciblée aujourd’hui pour être déportée par milliers. Donc, il faut se demander pourquoi, et pourquoi maintenant? Et quel sera l’impact d’une déportation massive sur notre pays ? Et comment se préparer à toutes les éventualités?
(A suivre)

Par LOUIS-JAMÉ Mécène
Citoyen avisé et engagé

Articles a la une...

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

L’APN du Cap-Haïtien a désormais son propre corps Anti-incendie

Cap-Haïtien, mercredi 03 Mars 2021. (WWW.ZONE509.COM)-La Direction Générale de l'Autorité Portuaire Nationale (APN) de concert avec la...

Urgent : L’église Catholique Notre Dame de Lourdes de Belladère est en feu

Selon un SOS lancé par les autorités municipales de Belladère, l’église Catholique Notre Dame de Lourdes de ladite commune est actuellement en...

Le chef de file du MTV, Reginald Boulos, veut négocier le départ du president

Port-au-Prince, lundi 01 Mars 2021. (WWW.ZONE509.COM)-Le chef de file du Mouvement pour la Transformation et la Valorisation d’Haiti...

Le chef de l’Etat annonce que mesures drastiques seront prises pour que le kidnapping et le crime organisé soient combattus dans le pays.

Le président haïtien, Jovenel Moise, a annoncé que son gouvernement prendrait des mesures drastiques pour lutter contre les enlèvements et le crime...

Tirs nourris à Morne Lazare pour disperser la marche contre la « Dictature »

Pétion-ville, dimanche 28 février 2021. (WWW.ZONE509.COM)-Des individus armés portant des « T-shirts » de couleur blanche sont accusés d’avoir fait usage de...

More Articles Like This

- Advertisement -