Le dessous de la face cachée de la mort de Jean Kentz ELVARIS, Ex Administrateur du Conseil National de Télécommunication (CONATEL)

0

Loin de chercher à remémorer des souvenirs amers pour la famille de Jean Kentz ELVARISTE, il est un fait indéniable, que la mort de ce grand cadre du Conseil National de Télécommunication ne peut en aucun cas passer sous silence, au regard de sa contribution à l’émergence d’une culture managériale au sein de ladite institution. Ainsi depuis le 1e octobre 2018, l’administrateur de Conatel est passé de l’autre côté du rive, suite à un suicide aux environs de 3 à 4 heures de l’après midi. Après la mort de l’ancien Administrateur, des réunions ont été organisées au sein du Conatel avec les employés pour dissimuler les faits qui ont amené la mort de Jean Kentz ELVAISTE. Ainsi il faut héler à la population cette boite est devenue depuis l’arrivée du Directeur Général une institution vouée au marchandage et à la corruption, durant la période allant de 23 juin au 16 septembre 2018 des fausses missions intitulées caravanes champêtres ont été organisées par le Directeur Jean David Rodney et son chef de cabinet Jean Baptiste Schiller et Rock ainsi connu, le Directeur de service de sécurité. Des montants de 15 000 à 20 000 gourdes sont octroyés à des personnes qui ne font pas parties de l’institution, soient environ 84 à 150 personnes chaque weekend dont ces dernières bénéficient un montant de 5.000 gourdes et le reste est remis au réseau.
Il est important de faire un rappel sur les faits qui ont amené le suicide de ce grand homme, un drame qui a causé tant de pertes à sa famille, à des collègues et a des proches qui l’ont côtoyé durant 9 ans. Avant sa mort, Jean Kentz ELVARISTE, Avait connu une situation difficile au sein de l’institution qu’il travaillait, d’après une source fiable du Conatel, l’administrateur avait reçu l’ordre de la part du Directeur général de décaisser 200.000.000 millions de gourdes dont il a refusé catégoriquement, l’administrateur aurait menacé de démissionner si le Directeur continue à le contraindre à commettre un tel forfait en faveur du Directeur Général Jean David Rodney, Reynold Guerrier et Jean Baptiste Schiller. Après la mort de Jean Kentz ELVARISTE, des réunions ont été organisées au sein du Conatel par le biais du Directeur général du Conatel pour demander aux employés de ne pas communiquer les informations relatives à la mort de l’ancien Administrateur qui ne voulait pas participer aux différents cas de corruption.
Au début du mois de septembre, l’administrateur, a remis sa démission, au Directeur du Conatel, ce qu’il a refusé, croyant que ce dernier allait divulguer des informations liées au cas de corruption dont fait l’objet le Conatel depuis l’arrivée de Jean David Rodney. Cette situation devenait tellement insupportable, dont il avait pris l’avion pour les États-Unis d’Amérique ou il a passé un mois.
Au retour de son voyage, le Directeur lui proposa le poste de conseiller financier afin de dissimuler les faits sur les détournements de fonds et les graves cas de corruption enregistrés durant la période. Pour justifier son choix, le Directeur dans une note a indiqué que Jean Kentz Elvaris est désormais le conseiller financier de l’institution. Pour le moment, au regard d’informations obtenues de sources concordantes, l’administration de Jean David Rodney est loin de remporter le palme de la transparence et la lutte contre la corruption et les règles de la lutte contre le népotisme et le trafic d’influence.
Dans un contexte de lutte contre la corruption, cette administration ne s’est pas montrée être à la hauteur des taches du moment de l’heure. Par ailleurs, il faut signaler aux lecteurs et lectrices que le 30 septembre dernier avait mis fin à l’année fiscale 2017-2108, cependant, après le refus de l’ancien administrateur de cautionner le décaissement de 200.000.000 millions de gourdes, le Directeur général du Conatel s’est mis avec Holl de Déjour, un ancien cadre de la Caisse d’Assistance de Sécurité sociale (CAS), mis en quarantaine pour des cas de vols, de corruption et de malversations, sans oublier shelda Maturin, l’une des têtes pensantes de la mafia du Conatel. Pour ainsi dire, pendant la période de la coupe du monde de 2018, le chef du cabinet, sous la complicité du Directeur Général et Hervé Michel Guillite avait fait le décaissement de 18millions de gourdes pour l’achat des télévisions, dont aucun poste de téléviseurs n’avait été livré à date. Dans le cadre de la réparation du second local de la Roche, la direction de l’entretien du bâtiment a fait une réquisition de 300 000 milles gourdes pour la réparation, ce que le directeur avait refusé au profit d’une firme dont le travail n’avait pas été réalisé. Par ailleurs, 30 .000 .000 millions de gourdes ont été décaissés pour cette même réparation dont la firme de construction est une firme proche du Directeur Général. D’après un employé du Conatel, Le PDG de la radio Télé caraïbes est l’étais idéal pour maintenir Jean David Rodney en poste afin de continuer par piller le Conatel. Au regard de ce que représente le Conatel comme source intarissable pour relever le défi de l’économie nationale, il est inconcevable que cette institution puisse servir une zone suicidaire pour de nouveau cadre à cause de l’avidité et de cupidité des responsables. En dehors des faits cités précédemment, il faut ajouter les fonds destinés à l’achat de 72 batteries inverter qui s’élèvent à environ 15 000 us, dont ces derniers ont été dilapidés par Jean David Rodney et Holl Déjour. D’après, les informations qui circulent au niveau de la boite, la réparation du Bâtiment central selon le service de l’entretien était prévu à environ 1, 500 000 gourdes, toutefois, cette réparation avait été abandonnée au profit d’une firme dirigée par Jean David Rodney et Reynold Guerrier sans appel d’offres dont le montant décaissé s’élève à 17.000 000 Gourdes. Sur la question des télés centres, le fond National de l’Education, le fond de 5centimes sur les appels internationaux et la corruption sur des biens seront abordés dans le prochain article
Après toute évidence, la mort de l’ancien administrateur est liée par son sens du sérieux qu’il avait développé au sein de l’administration publique dont les corrompus l’ont poussé au suicide.

Robenson COACHY                        Journaliste enquêteur