Friday, August 14, 2020

Kowona viris pa yon jwèt, pèp Ayisyen fè anpil atansyon, koute otorite yo. Mete kach ne, lave men nou, proteje tèt nou, fanmi nou ak zanmi nou.

Prekosyon pa kapon

COVID-19 Global Statistics

21,099,448
Confirmés
Updated on August 14, 2020 6:37 am
13,742,743
Rétablis
Updated on August 14, 2020 6:37 am
757,992
Morts
Updated on August 14, 2020 6:37 am

Le président Jovenel Moïse s’apprête à fouler aux pieds le système judiciaire haïtien

Must Read

Biographie de Blondedy Ferdinand

Blondedy Ferdinand n’avait que 16 ans en 2003 lorsqu’elle a eu du succès dans son premier rôle important à...

Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin...

Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important...

Les ancêtres de TRUMP en Haïti … une histoire peu connue!!!

Le nom de l'arrière-grand-père de Donald Trump était Johannes Drumpft, né en Allemagne le 26 Mars 1789. Les Allemands...

URGENT : « Troisième guerre mondiale » : l’Iran a fait décoller des avions de chasse F-14

RÉDACTION INTERNATIONALE. (WWW.ZONE509.COM)-La perspective d’une troisième guerre mondiale se précise de plus en plus dans le moyen...

Les prophéties confiées à Duvalier au moment de son départ en 1986 par les 7 hougans:

Les prophéties confiées à Duvalier le 16 Janvier 1986 au Palais National n’ont jamais été divulguées. Aujourd’hui il importe de...

 

Face à l’une des pires crises économiques et politiques qu’Haïti ait jamais connues, le président haïtien Jovenel Moïse tente de se réinventer en tant que réformateur.

Mais plutôt que de s’attaquer aux vrais problèmes du pays, il a mis son regard sur le secteur des entreprises – le secteur de l’énergie en particulier – comme la racine de tout ce qui affecte le pays.

Dans le cadre de cette mission, il abuse arbitrairement de l’autorité et du pouvoir judiciaire de l’État à des fins politiques et emprunte une voie périlleuse vers l’autoritarisme, alors qu’il transforme un différend commercial en une affaire pénale afin de détourner le public haïtien de son règne désastreux.

Dans un détournement tactique, le président Moïse a attaqué publiquement les producteurs d’électricité indépendants E-Power, HAYTRAC et SOGENER.

Le président Moïse arme politiquement l’appareil d’État et le système judiciaire haïtien.

Il incite dangereusement de vieux démons sociaux et des divisions de classe, politisant les griefs commerciaux et jetant ainsi les investisseurs dans l’arène criminelle.

Il a arbitrairement ordonné la résiliation unilatérale des contrats d’électricité, ignorant à la fois le cadre juridique définissant les voies et moyens de règlement des conflits, et les conventions internationales auxquelles Haïti a officiellement souscrit.

Aveuglés par la nécessité de détourner le mécontentement populaire, lui et ses conseillers n’apprécient pas pleinement les conséquences de cet acte arbitraire sur les investissements futurs et sur l’approvisionnement en électricité de la population.

Pour ajouter à tout cela, son gouvernement a maintenant émis des mandats d’arrêt contre le conseil d’administration de SOGENER, la veuve de feu le président René Préval et d’anciens ministres du gouvernement Préval / Alexis, qui a signé des avenants au contrat original de 2005.

Coincé dans une crise autodidacte engloutissant son mandat, Jovenel Moïse cherche à masquer son incompétence en replaçant Haïti à l’époque du régime autoritaire. Le système juridique haïtien est soumis à la volonté du «chef suprême» du pays et cela devrait être encore plus alarmant.Le président a délibérément gardé le silence sur la grave chute de la monnaie haïtienne, les déficits budgétaires records et l’inflation à deux chiffres, la mauvaise gestion de la crise du marché pétrolier, les nombreux scandales de corruption et le gaspillage et le vol de fonds PetroCaribe par sa famille politique.

Il a intentionnellement caché les difficultés rencontrées par la compagnie d’État, Ed’H, pour distribuer et commercialiser l’électricité produite, qui est la véritable source de notre problème énergétique.

C’est ce qui a maintenu cette entité dans un état de faillite permanente.

Il pourrait en effet être nécessaire de réviser ces contrats et de réorganiser l’ensemble du secteur, afin de créer de meilleures conditions pour attirer les investissements indispensables dans le pays.

Mais dans une démarche démagogique, Moïse préfère criminaliser les producteurs d’énergie plutôt que de simplement renégocier les contrats.

 

 

 

Dans un pays souffrant de pannes de courant chroniques, le président trouve dans les fournisseurs privés d’électricité le bouc émissaire idéal pour détourner l’attention du public des vrais problèmes du moment.

Il rejette le fait que son nom soit cité 69 fois dans le rapport officiel de corruption sur l’accord PetroCaribe du Venezuela avec Haïti.

De plus, il est accusé, avec son épouse, d’avoir contracté illégalement DERMALOG, une entreprise européenne, pour créer une nouvelle identité nationale et une nouvelle carte de vote pour les Haïtiens, malgré les objections persistantes des vérificateurs gouvernementaux et de plusieurs membres du Parlement. En outre, il refuse de fournir des informations publiques sur la manière dont son administration a dépensé des fonds dans plusieurs agences, programmes et contrats gouvernementaux.

Notre président-entrepreneur ne doit pas oublier que c’est ce même appareil judiciaire qu’il tente maintenant de démanteler qui devra lui garantir un procès équitable le moment venu.

Jusqu’à présent, les États-Unis et les Nations Unies – qui continuent de mener une petite mission des droits de l’homme en Haïti – sont restés silencieux.

Mais le public haïtien devrait connaître son opinion sur ces dérives autocratiques et l’enlèvement du système judiciaire par l’exécutif.

Après tout, la mission des Nations Unies est mandatée par le Conseil de sécurité pour conseiller le gouvernement sur les questions politiques et juridiques.

Les principes juridiques et les droits fondamentaux sont bafoués par un gouvernement corrompu, illégitime et inconstitutionnel.

Les acquis démocratiques de 1986 sont désormais menacés. Les libertés individuelles et l’état de droit sont menacés. 

Miamiherald 

 

Articles a la une...

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

Nassau-Bahamas: 21 migrants haïtiens rapatriés

21 migrants haïtiens, dont quatre mineurs, ont été rapatriés à Port-au-Price, Haïti ce matin depuis l'aéroport international d'Inagua. Le département...

Une rencontre d’apprentissage avec ISOC Haïti Par Livens Saint-Vil

Depuis 2007, j’ai commencé à travailler comme opérateur dans plusieurs radios de ma ville natale (Ouanaminthe, département du Nord ‘Est, Haïti). De...

Olivier Martelly proteste contre les déclarations dites diffamatoires de Max Attys

Le sieur Michel-Olivier Martelly proteste de la manière la plus véhémente et la plus catégorique contre les déclarations mensongères, calomnieuses et diffamatoires de l’actuel...

Daly Valet : Les lois haïtiennes !

Depuis bientôt une semaine, je suis en pleine immersion dans ce domaine du droit appelé  »Légistique ». La légistique est l’ensemble des méthodes et conventions de...

Garcia Delva et Jovenel Moïse dos à dos

Le régime en place continue d’enregistrer des défections en son sein. Contre toute attente, le sénateur Garcia Delva affirme avoir tourné le dos à...

More Articles Like This

- Advertisement -