Ne me regardez pas avec dédain!

0

Parfois, je sens la peur qui me hante. J’ai peur de ne pas savoir, et de ne pas être capable d’exprimer ce qui se cache derrière cette émotion. Ma vie, j’éprouve le sentiment qu’elle ne vaudrait plus la peine aux yeux des personnes que j’aimais le plus. Tel un chevalier solitaire, je suis toujours seul sur mon chemin; je flânoche partout. Semblerait-il qu’il existe un vide en moi dont je ne suis pas vraiment conscient! Malheureusement, je ne jouis de la présence d’aucune personne, à qui je pourrais parler de ce trou profond existant en moi que ni mes larmes, ni mes pleurs n’arrivent à combler.

Je suis comme perdu devant quatre croisées de rues identiques. Je perds mes repères, la confusion est totale. L’impression que ça donne, c’est que la route à emprunter sera toujours fortuite. Incompris du monde qui m’entoure, du coup, les rues, les places publiques deviennent mes abris permanents. Sous les yeux de tous, je vis dans la crasse, je dors sur les ordures, je mange dans les poubelles et dans les ravines. Mais, ce qui me degoûte le plus c’est l’indifférence des gens qui ne manifestent aucun signe d’empathie à mon égard. Évidemment, je comprends toute suite que je fais partie des rejets de la société, sans la moindre dignité et sans la moindre humanité. Qu’est-ce que j’ai donc fait pour endurer tous ces maux? Ne suis-je pas humain tout comme vous? Vous dites que mon esprit fonctionne à l’encontre de vos normes et que je vis dans un monde imaginaire. Mais quelles mises en place avez-vous faites pour m’intégrer dans un autre système? À part, bien sûr, votre insolence de porter des éléments de jugement.

Je vous en supplie, ne me regardez pas avec dédain parce qu’avant j’étais comme vous. Je vivais ma petite vie paisiblement. Malheureusement, quelques circonstances de la vie ont changé le cours de mon existence. Des choses plus fortes que moi ont de l’emprise sur ma vie. Celles-ci sont hantées par un spectre qui guide maintenant mes agissements. Et, sans votre aide, ce spectre rendra ma vie beaucoup plus incontrôlable.

Ne me regardez pas avec dédain, car je ne suis pas responsable du sort que la nature m’a infligé. J’en ai plus que marre de vos balivernes, toutes portant à croire que j’aurais dû faire quelque chose pour éviter tout ça. Comme si je pouvais vraiment agir en toute lucidité, pour orienter le cours de mon destin. Je ressens au plus profond de mon être un grand chagrin. Le chagrin de ne pas être capable de jouir de ma vie comme vous. Mon âme est possédée par une grande affliction d’une vie ratée, d’une histoire mal écrite et d’un vécu inachevé.

À présent, la seule chose qui peut garantir ma dignité, mon humanité, mon existence et mon intégrité n’est autre que votre aide, votre compréhension.

Sendy MILFORT, étudiant en Psychologie à la Facultés des Sciences Humaines(FASCH) de l’Université d’État d’Haïti.