Monday, November 30, 2020

Kowona viris pa yon jwèt, pèp Ayisyen fè anpil atansyon, koute otorite yo. Mete kach ne, lave men nou, proteje tèt nou, fanmi nou ak zanmi nou.

Prekosyon pa kapon

COVID-19 Global Statistics

63,126,674
Confirmés
Updated on November 30, 2020 4:16 am
43,101,332
Rétablis
Updated on November 30, 2020 4:16 am
1,466,049
Morts
Updated on November 30, 2020 4:16 am

Russie: le monde ne fait plus confiance aux Etats-Unis, il est temps que d’autres nations prennent la place

Must Read

Biographie de Blondedy Ferdinand

Blondedy Ferdinand n’avait que 16 ans en 2003 lorsqu’elle a eu du succès dans son premier rôle important à...

Le New York Times a tout dit sur Martelly, la corruption, la drogue, les crimes, Evinx Daniel, Laurent Lamothe, Kiko, Saint Remy, Calixte Valentin...

Dans un article à la Tout Haïti que les medias traditionnels en Haïti n’oseraient pas publier, le plus important...

Les ancêtres de TRUMP en Haïti … une histoire peu connue!!!

Le nom de l'arrière-grand-père de Donald Trump était Johannes Drumpft, né en Allemagne le 26 Mars 1789. Les Allemands...

URGENT : « Troisième guerre mondiale » : l’Iran a fait décoller des avions de chasse F-14

RÉDACTION INTERNATIONALE. (WWW.ZONE509.COM)-La perspective d’une troisième guerre mondiale se précise de plus en plus dans le moyen...

HAITI, Code postal par départements et communes

Département de l’Artibonite HT4110 :Gonaives HT4111 : Petite Rivière de l’Artibonite HT4120 : Ennery HT4130 : L’Estère HT4210 : Gros Morne HT4220 : Terre Neuve HT4230...
Mr509http://509zone.com
For everything Haitian: Music, Videos, Lyrics for all Haitian songs, Sports, Cuisine, Culture, Tourist, History, Events and more. Haiti 509

Le plus haut diplomate russe a déclaré que le monde perd confiance dans les États-Unis en tant que leader mondial et que la communauté internationale cherche une approche plus diversifiée du processus décisionnel mondial.

Lors de son allocution devant l’académie diplomatique de Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a salué vendredi une nouvelle ère géopolitique marquée par la “multipolarité”, affirmant que “l’émergence de nouveaux centres de pouvoir pour maintenir la stabilité dans le monde exige la recherche d’un équilibre”. intérêts et compromis “. Il a ajouté qu’il y avait un déplacement du centre du pouvoir économique mondial entre l’Est et l’Ouest, où un “ordre libéral” marqué par la mondialisation “perd de son attrait et n’est plus considéré comme un modèle parfait pour tous”.

“Malheureusement, nos partenaires occidentaux dirigés par les Etats-Unis ne veulent pas s’accorder sur des approches communes pour résoudre les problèmes”, a poursuivi M. Lavrov, accusant Washington et ses alliés de vouloir “préserver leur domination séculaire sur la scène internationale malgré les tendances un ordre mondial polycentrique “. Il a fait valoir que ces efforts étaient “contraires au fait que maintenant, uniquement sur le plan économique et financier, les États-Unis ne peuvent plus, à eux seuls ou avec leurs alliés les plus proches – résoudre tous les problèmes de l’économie mondiale et des affaires mondiales.

“Afin de conserver artificiellement leur domination et de reprendre des positions incontestables, ils ont recours à diverses méthodes de pression et de chantage pour contraindre économiquement et par le biais de l’information”, a déclaré Lavrov.

Washington et Moscou, superpuissances rivales pendant la guerre froide, qui dure depuis plusieurs décennies, ont repris leur lutte d’influence mondiale au XXIe siècle. Le président russe Vladimir Poutine a pour objectif de restaurer et de réorganiser la posture militaire et politique de son pays, qui a été profondément endommagée par l’effondrement de l’Union soviétique, laissant les États-Unis entièrement incomparables.

Malgré les promesses de détente du président Donald Trump, les États-Unis ont doublé leurs sanctions et autres mesures visant à faire reculer le Kremlin depuis l’entrée du chef républicain à la Maison Blanche. Trump et Poutine, autrefois considérés comme des alliés politiques potentiels, ont continué à se quereller à propos des conflits en Ukraine et en Syrie et se sont parfois retrouvés en grande partie isolés sur le plan international.

L’administration Trump a menacé à plusieurs reprises d’imposer des sanctions à plusieurs pays, y compris à des alliés, pour ne pas adhérer à ses politiques visant des ennemis déclarés tels que l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie et le Venezuela.

Bien que Moscou se soit plaint de ce qu’il considérait comme l’hégémonie de Washington dans le monde entier, l’administration Trump a qualifié la Russie d’adversaire dans les documents stratégiques critiques, tout récemment dans la Revue de défense antimissile de 2019. Tandis que la Russie s’efforçait de construire de nouveaux missiles hypersoniques et de croisière à capacité nucléaire, les États-Unis se démenaient pour construire de nouvelles défenses capables de les intercepter, même de l’espace.

Dans le dernier drame, les deux pays se sont retirés du traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) interdisant les missiles lancés depuis le sol de 310 à 3 420 kilomètres après que les États-Unis eurent accusé la Russie de violer l’accord sur le développement du missile Novator 9M729. Moscou répliqua que Washington rompait le traité en installant des défenses antimissiles qui pourraient également servir à attaquer depuis l’Europe de l’Est. Les deux parties ont maintenant du mal à trouver un terrain d’entente dans le renouvellement du nouveau Traité de réduction des armes stratégiques (START), qui limiterait leurs arsenaux nucléaires.

“Les délégations américaine et russe ont poursuivi la discussion sur les questions pratiques liées à la mise en œuvre du Traité”, a déclaré vendredi le département d’Etat aux Etats-Unis après 10 jours de pourparlers.

Alors que les mesures de contrôle des armements s’érodent entre les États-Unis et la Russie, les deux plus grandes puissances militaires du monde se sont retrouvées impliquées dans un nouveau conflit dans une région où Washington avait une longue histoire de confrontations avec ceux apparemment alignés sur son ennemi communiste de la guerre froide. Au Venezuela, les États-Unis et leurs alliés régionaux ont reconnu le défi politique lancé par le chef de l’opposition Juan Guaidó au président Nicolás Maduro, partenaire de Moscou, en janvier dernier, alimentant une crise politique dans un pays déjà aux prises avec un effondrement économique catastrophique.

Moscou a ouvert un centre de formation pour hélicoptères militaires et envoyé du personnel dans l’État latino-américain, dirigé par les socialistes, pour aider à la maintenance du système de défense antimissile sol-air S-300, construit par la Russie. La Chine et l’Iran – avec lesquels la Russie a élargi ses relations malgré les hostilités présumées aux États-Unis – ont également envoyé des avions, prétendument pour apporter une aide humanitaire et la reprise des vols directs, respectivement.

En réponse à la couverture récente par Newsweek de ces événements, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a invoqué la doctrine Monroe du XIXe siècle, d’abord utilisée pour expulser les puissances colonialistes européennes d’Amérique latine, puis au XXe siècle pour justifier une intervention contre les forces de gauche dans la région. . Bolton a maintenu que les Etats-Unis cherchaient “une transition pacifique du pouvoir à Juan G

Articles a la une...

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

Une jeunesse marginalisée Par Livens SAINT-VIL

La révolution informatique et l’accès facile aux multimédias ont transformé le quotidien des jeunes. Parallèlement, on peut...

Officiel : Christiano Ronaldo positif à la COVID-19

Quelques jours après sa participation à la rencontre contre la France en Ligue des Nations, l'attaquant portugais Cristiano Ronaldo a été testé...

Libération du Docteur Yghor Myrtho Figaro, kidnappé à Carrefour en début de semaine

Le Docteur Yghor Myrtho Figaro, enlevé lundi dernier, a été libéré par les ravisseurs dans la nuit du jeudi.Docteur Yghor Myrtho Figaro...

CORONAVIRUS : 34 membres du personnel de la Maison Blanche infectés

L'épidémie de coronavirus a infecté "34 membres du personnel de la Maison Blanche et autres contacts" ces derniers jours, selon une note...

Selon le Président Dominicain, Haïti représente un grand problème pour la République dominicaine et pour la région en général.

Abinader: "La RD ne peut pas être la solution à la crise en Haïti" Le Président de la République,...

More Articles Like This

- Advertisement -